Pointe-Noire: Ponton la belle, ou Ponton la poubelle ?

Pointe-Noire : Ponton-la-Belle ?…

Pointe-Noire, belle ville océane, capitale économique du Congo, n’est plus celle que nous connaissions, la « belle ».

Aéroport de Pointe-Noire - aéroport Agostino Neto

Dès l’arrivée à l’aéroport Agostino Neto, on est interloqué. Nous passons par la vieille aérogare alors que juste à côté se dresse fièrement le nouveau terminal, inauguré avec faste il y a plus de deux ans par le président Sassou Nguesso et toujours non fonctionnel !!

Les gens se posent la question de savoir pourquoi ? Et comme cela devient une habitude au Congo, la réponse se fait toujours attendre, cela n’inquiète personne, ni les parlementaires et encore moins le gouvernement, alors que c’est grâce à  l’argent public qu’on a pu construire cela. Donc, chacun y va de sa version, pour certains ce sont les normes qui n’ont pas été respectées, pour d’autres, il manque des toilettes, et ainsi de suite…

C’est pourtant la porte d’entrée au Congo pour la majorité des hommes d’affaires, entrepreneurs pétroliers et consorts … quelle image déplorable de laxisme, de laisser aller que voilà encore une fois.

… ou Ponton-la-poubelle ?

Le trajet qui mène à l’hôtel, est parfois semblable à un rallye en pleine ville, une sorte de Paris Dakar où il est difficile de faire plus de de 5 mètres sur une voie goudronnée, où il faut éviter les nids de poule, les crevasses, les flaques d’eau stagnantes et lorsqu’il pleut, c’est pire encore, il faut pratiquement prévoir dans certains endroit une barque pour être transporté !!!

Le calme qui règne par manque d’activités est inquiétant. Avec la baisse du prix du baril de pétrole, plus de 60% des entreprises dépendant du pétrole ont fermé, les hôtels, les restaurants, les bars et les boites de nuits sont à la recherche désespérée de clients, clients aux abonnés absents donc …. ils sont obligés de licencier.

La ville semble se réveiller seulement lorsque le Président ou son épouse Antoinette arrive sur place ou encore comme ce qui vient de se passer à l’occasion de la journée internationale de femme (le 8 mars) :  là, les moyens financiers sont mis à disposition soit de la mairie pour la propreté,  soit des partis politique de la majorité pour la mobilisation de la population, engager des groupes de danses et autres…, à ce moment-là, il faut faire oublier le triste quotidien des populations et bien sûr certains en profite pour vider un peu plus le fond de caisse. Pourquoi se gêner ?

Est-ce que le pouvoir est vraiment conscient de l’état du pays ? De l’état de sa capitale économique ? De l’état de la détresse des populations ? Est-ce que la famille Sassou Nguesso sait que les gens grincent des dents et ramasse des cailloux, pour le jour où ils pourront exprimer leur ras le bol, leur colère, sur les voitures officielles rutilantes qui passent en cortège indécents pour aller au bord de mer ?

Bord de mer à Pointe-Noire

Oui, ce fameux bord de mer où il est interdit de construire en dur sur la plage.

Mais au fait …. Qui a eu les autorisations de construire un énorme complexe en dur sur cette fameuse plage ? Ne serait-ce pas une des filles Sassou ? Oh … ça alors, comment se fait-il qu’elle a eu les autorisations et personne d’autre ?

Imagine-t-on cette situation dans un pays qui respecte la loi, les valeurs ? Bien sûr que non, mais ici au Congo, tout est possible et plus rien ne nous étonne.

 

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *